Manège désenchanté




Ce dimanche, ce n’était pas vraiment la fête. C’était un jour, comment dire ? Gris-souris ou marron-taupe. Une coloration foireuse qui ne vous booste pas du tout, mais alors pas du tout les cellules de la bonne humeur.


En fin d’après-midi, n’en pouvant plus de cette grisaille interne et externe, je descends cours Mirabeau. Les chalets en bois typiquement provençaux sont de retour avec leur artisanat quincaille surévalué. Les badauds déambulent et s’intéressent mollement. Le temps n’est pas encore venu des achats dans le stress. Je me laisse couler doucement le long des étalages, j’essaie de repérer les articles les moins kitchs. Ma vue doit baisser, je n’en vois pas.


Place de la Rotonde, on change d’atmosphère en un clin d’œil. Les couleurs deviennent violentes, la foule se densifie, les haut-parleurs envoient leurs décibels sans vergogne. On entre sans transition dans le populaire. Pas un seul bobo dans les parages, pas de rangs de perles, pas de catogans non plus. C’est la fin des haricots ! On y peut rien, se sont les goûts de Madame le Maire qui nous colle chaque année cette fête criarde en priant pour que la ville perde à tout jamais ses allures BC-BG.


J'erre un moment dans les senteurs de graille. Je stationne devant les autos tamponneuses qui ont toujours autant de succès chez les huit ans surexcités et hilares. J’observe la marchande de barbes à papa (cette étrange friandise qui creuse l’estomac plus qu’elle ne le remplit) qui attend le client en souriant et dont j’envie le sourire. Je suis les mouvements circulaires du manège principal et perçois les cris de joie de ses occupants. J’accumule les photos plus floues les unes que les autres.

En bout de course, au kiosque du coin, je tombe en arrêt devant une affiche de Sarko et là, mon moral s’effondre. C’en est trop pour un dimanche soir. Je remonte chez moi rapido et laisse derrière moi toute cette bonne humeur que je n’ai pas su attraper.

2 commentaires:

  1. Vouloir attraper de la bonne humeur dans un marché de Noël ou dans une fête foraine est un peu illusoire non ? ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Exact ! Ces prochains mois j'évite le cours Mirabeau et ses bonheurs factices.

    RépondreSupprimer