Moche toi-même !




Que c'est cloche d'être moche ! Le problème est que pour compenser, il faut s'évertuer à être d'une intelligence irréprochable, inoxydable. Autant dire qu'il faut cravacher dur car l'intelligence, chacun sait ou suppose, est un Everest difficile à atteindre même pour les moins stupides d'entre nous. Je n'ose imaginer la somme de travail pour ceux dont le terrain est très infertile (c'est pas mon chat qui me contredira).


D'où l'intérêt d'être demi-moche car pour équilibrer l'ensemble, il suffit d'être à moitié intelligente ou un petit peu con mais pas trop. Et finalement, cela fait une moyenne d'intelligence et de mocheté assez passe-partout, acceptable dans de nombreuses situations, exceptées :

- quand tu vas en boîte hype caresser le dancefloor parmi les Top Modèles (qui sont rarement des modèles d'intelligence, selon certaines mauvaises langues)

- quand tu cherches un mec sur Meetic. Ceci, même si tu n'es pas difficile, que tu as au fil du temps largement rabaissé ton niveau d'exigence et que tu es prête à accepter le moins intelligent des plus cons ou le plus laid des pas trop moches. Suis-je claire ?

- quand tu te présentes à un entretien d'embauche passé 40 ans (situation relevant de la science fiction), parce que dans cette situation ta demi-intelligence et ta beauté parcellaire ou fanée ne servent à rien. Ce qui compte c'est ta capacité à tout encaisser de la part de ton petit chef pervers et sexuellement refoulé.


Tout cela risquant d'être assez triste, l'humanité a inventé la sagesse. Cette vertu qui rassemble sérénité et intelligence des êtres et des choses. Cette vertu que chacun a le droit de cultiver (même sur des terres arides) sans mesure et qui diffuse autour d'elle tant de beauté.

3 commentaires:

  1. Et si tu devais être dotée d'une des deux ? Tu choisirais une grande beauté ou une grande intelligence avec son inverse tout aussi extrême ? (Moi je crois que tu te choisirais toi hein :)

    RépondreSupprimer
  2. Moi, j'ai choisi la sagesse. Enfin choisi, avais-je vraiment le choix ?
    Mais plutôt que râler je me suis fait une raison c'est bien ça la sagesse ?

    RépondreSupprimer
  3. A 80 ans, je crois que je n'aurai toujours pas choisi. ;o/

    RépondreSupprimer