Neu Neu




Elle était très engagée dans le domaine de la connerie. Vraiment. Elle y croyait fort. Comme une mission qu’elle semblait devoir accomplir.

Et moi, je l’encourageais à aller jusqu’au bout. Là où son être s’épanouirait entièrement. Je l‘ai soutenue avec patience dans son entreprise longue et austère. Je l'ai accompagnée à maintes reprises sur ce chemin tortueux. Elle était si seule.

Moi aussi, il me semblait être de temps à autres touchée par cette grâce divine qu’est l’abandon de toute forme de jugeote. Je me sentais en apesanteur, délivrée de toutes contingences. Nous échangions dans ces moments intimes de sècheresse intellectuelle de longs regards vides et des sourires sans objets.

Depuis qu’elle est partie vers de lointains horizons, c’est moi qui suis seule et je n’ai de cesse de retrouver cette harmonie. Parfois, de nouvelles rencontres me font croire un instant à un recommencement. Mais non, ce n’est qu’une fausse impression, un temps d’arrêt dans cette quête sans fin de la bêtise partagée.

2 commentaires: