Marseille spéciale




Willy Ronis. Bar du Vieux Port. Marseille. 1946

La ville s’offre à tout va
Son port est son sexe béant

Les habitants sont intranquiles
Les bars sentent l’interlope
Les rues étroites sont assassines

Les mouettes s’affolent et criaillent
La mer s’affale sur les rochers
Son bleu vient de Prusse

Les agaves sont au garde-à-vous
Bientôt c’est la fin
Le sémaphore regarde au loin
Et ne voit rien venir

Les ports attendent parsemés de grues
Et les quais sont vides
Les baraques se chevauchent
Les friches sont industrieuses
Mais la révolte n’est plus là.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire